Evènements

2017
-

2016
-

2015
-

2014
-

2013
-

2012
-

2011
-

  • 10.07.11
    visite performance
    de dector & dupuis
  • 15.06.11
    Pour une République
    des rêves

    Vernissage de
    l'exposition
  • 21.06.11

    LES DESSOUS DE LA VIE
    Fête de la musique

  • 14.05.11

    Vampyr
    de C.T. Dreyer

    ciné-concert
    par Untel
    La Nuit des Musées

  • 05.04.11

    Sculpter la
    lumière, sculpter
    la matière

    par Célia Charvet

  • 20.03.11
    L comme lumière
    extrait
    de l'Abécédaire

    par Fabrice Lambert
  • 19 - 20.03.11
    Week-end de l'Art Contemporain

 

 

28.11.2015 À 16H30

Rencontre avec Musa paradisiaca et Tomé Coelho

 

 

 

francisco
Musa paradisiaca, Francisco - Besta Pequena (Francisco - la petite bête), 2015. Courtesy Dan Gunn, Berlin et 3+1 Arte Contemporânea, Lisbonne. Photo A. Mole.

 

 

 

Musa paradisiaca est un projet d'Eduardo Guerra et Miguel Ferrão qui tend à construire une pensée à plusieurs voix. Parmi ces voix, il y a celle de Tomé Coelho.

 

"Nous avons rencontré Tomé Coelho en 2011, sur l'île de São-Tomé (São-Tomé-et-Príncipe), un archipel situé au large de l'Afrique de l'Ouest. En 2012, nous avons commencé à travailler à partir d'influences communes, en échangeant des mots pour des objets, et des objets pour des mots ("How to catch a fugitive?", 2013). En 2015, Tomé Coelho déménage à Lisbonne et nous continuons la collaboration au sein de notre atelier. Tomé Coelho est sculpteur sur bois.

 

Pour le CRAC Alsace, nous avons recherché cinq troncs d'arbres qui allaient devenir par la suite les corps des bêtes couronnées des têtes des cinq personnages rassemblés ici pour la première fois. La découverte de leurs formes résulte d'un processus de recherche intense autour, non seulement des qualités de ces entités mais aussi de leurs nécessités individuelles d'exister comme des choses vivantes. Pour rendre cela possible, Tomé Coelho décida de nettoyer avec soin les zones pourries du bois pour extraire les formes qui sans cela restaient complètement inaccessibles. Ce processus intuitif nous offrit une approche subtile de ces formes massives et nous força à nous concentrer précisément sur les caractéristiques, les gestes et les mouvements de ces corps. Au lieu d'obliger ces troncs d'arbres à être quelque chose, nous devions peu à peu accepter qu'ils devenaient quelque chose de leur propre gré. Ces portraits sont aussi le résultat d'un dialogue constant. Faire ces sculptures consistait d'abord à parler d'elles."

 

Eduardo Guerra et Miguel Ferrão, novembre 2015.